La rentrée

          Dans mon dernier message je  parlais du plaisir de lire ... sans se soucier du travail fourni par l'auteur ... de boire à la source  sans penser aux méandres préliminaires porteurs d'eau ... de faire la lecture à haute voix en essayant de passionner l'auditoire ...




       Aujourd'hui, je "creuse" un peu plus ... car un texte doit être plaisant à écouter, il est donc recommandé de savoir "poser sa voix", la poser avec précision, avec habileté ; le ton doit être juste, sans dérapage, capable de faire passer la peur, l'ironie, la tendresse, la violence ou l'étonnement !... Lire pour les autres, en accrochant l'intérêt de l'auditoire, demande au départ, l'oubli de sa timidité, de ses soucis, de sa vie habituelle, pour entrer dans une histoire différente afin de la vivre avec les autres, d'être "ailleurs" et de s'y trouver bien!



         Cela, je le sais, mais je sais aussi les difficultés rencontrées pour remplir toutes ces conditions et, quand de plus, le texte est de son "cru" celui-ci, pour retenir l'attention, doit trouver une résonance dans le cœur de chacun ; il doit donc distraire, émerveiller, passionner ou faire rêver ...



          Ce n'est pas tout ! Commençons par le début !... Il est bien rare que les mots naissent sans douleur pour se joindre aisément entr'eux, sans faire de manières, de façon à former des phrases colorées, fluides, composant un paragraphe tellement captivant que la suite devienne évidente !... Les idées, souvent récalcitrantes, se croisent ou s'enchevêtrent tels les fils d'un ouvrage prometteur mais dont le tissage est souvent long et fastidieux !




         Non, ce ne sont pas mes notes estivales qui vont m'aider à remplir ce contrat, alors pour commencer l'année, pour vous remercier de bien vouloir m'accorder quelques minutes et en faire un moment de partage, fermez les yeux ... je vous emmène en promenade ... Nous traversons une forêt, une forêt de chez nous ; nous sommes entourés de frênes et de pins, de saules et de peupliers plongeant leurs racines dans un ruisseau tapageur. L'entendez-vous cascader le long du sentier ? ... C'est vrai, sa fraîche musique est un peu recouverte par le bruissement de l'épais tapis mordoré sur lequel nous avançons ... Les senteurs sont enivrantes : des cèpes doivent se cacher tout près, leur parfum si reconnaissable traverse les odeurs d'humus, cette terre légère des sous-bois dans laquelle les fougères se pavanent en nous regardant passer ! ... Vous les entendez ? Elles chuchotent derrière leurs dentelles, complices avec la brise caressante qui, soudain, s'alanguit au creux des buissons, sur un lit de mousse veloutée ...



            N'oubliez pas d'imaginer la voûte automnale, aux couleurs flamboyantes, sur lesquelles le soleil glisse et joue à cache-cache, libérant la gente ailée qui s'égosille à qui mieux mieux ... Comment vous sentez-vous ? Bien, n'est-ce pas ? C'est un plaisir tout simple, vivifiant, un merveilleux bien-être ... Octobre peut être si doux, si enchanteur !





             Le sifflement des merles nous accompagne jusqu'à la porte de ma maison ... nous entrons ... Des effluves de peinture fraîche et d'encaustique se mêlent à celles de la pâte de coing et au parfum délicat de quelques roses rouges trônant au centre de la table ... Les confitures sont terminées, étiquetées, rangées sur une étagère, dans l'attente du prochain goûter ...




Huile


              Voilà, le décor est planté sur la scène de votre imagination. Ne sommes-nous pas les acteurs de cette nouvelle saison ? Pour continuer cet échange de sensations, pour avoir le plaisir de vous écouter à mon tour, il me tardait de retrouver les "méandres" de la création !...




Commentaires

Articles les plus consultés